Skip to content
Dialogue social sur le télétravail chez Stellantis 07
L’impact du COVID-19

Dialogue social sur le télétravail chez Stellantis

Introduction

Fondée en 2021 à la suite d’une fusion entre Fiat Chrysler Automobiles (FCA) et le groupe français PSA (Peugeot Société Anonyme), Stellantis, partenaire de Global Deal, est une entreprise de technologie de mobilité durable qui emploie plus de 300 000 personnes dans le monde.

Lorsque le COVID-19 est apparu et que les mesures de confinement ont été mises en place en 2020, de nombreuses entreprises ont eu du mal à s’adapter au télétravail. Pour Stellantis, cependant, le COVID-19 a donné l’impulsion nécessaire pour étendre la politique de télétravail de l’entreprise, qui existe depuis 2014. L’engagement de longue date de l’entreprise en faveur du dialogue social a permis à la direction et aux travailleurs de développer des stratégies visant à maximiser les avantages du travail à domicile.

L’introduction du télétravail

L’entreprise prédécesseur de Stellantis, le groupe PSA, a commencé à expérimenter le télétravail dès 2014, lorsqu’elle a mis en place un dispositif de télétravail volontaire.

Qu’est-ce que le télétravail ?

Selon l’accord-cadre européen sur le télétravail, le télétravail est « une forme d’organisation et/ou d’exécution du travail, utilisant les technologies de l’information, dans le contexte d’un contrat/relations de travail, où le travail qui pourrait être effectué dans les locaux de l’employeur est réalisé hors de ces locaux de façon régulière. »

En réponse à ces dispositions, les managers « traditionnels » ont exprimé la crainte que les travailleurs s’impliquent moins s’ils ne sont pas au bureau ou que le travail à distance entrave la communication au sein de l’équipe.

Certaines de ces questions ont été apaisées en 2017 lorsque le groupe PSA a négocié sa première convention collective comprenant une disposition relative au télétravail :

  • L’accord prévoyait un jour fixe de télétravail par semaine.
  • Chaque travailleur a également bénéficié de 25 jours supplémentaires de télétravail par an, à répartir de manière flexible.

En janvier 2020, à l’arrivée de la pandémie de COVID-19, le Groupe PSA comptait déjà 4 000 travailleurs régulièrement engagés dans une forme de télétravail.

L’expansion du télétravail suite au COVID-19

Lorsque la pandémie de COVID-19 est survenue, PSA et FCA ont tous deux fait basculer l’ensemble de leurs compléments de main-d’œuvre non manufacturière vers des mesures de télétravail, en utilisant des protocoles et des pratiques similaires expérimentés depuis 2014.

Cependant, avec l’expansion du télétravail, l’entreprise a constaté qu’elle devait mieux soutenir la direction et les travailleurs dans la transition – et élargir l’accès en fournissant des technologies telles que des caméras vidéo pour faciliter la collaboration en ligne. Cette réalisation s’est faite par le biais du dialogue social et un groupe de travail a ensuite été créé pour faciliter la poursuite du dialogue.

Au début de la pandémie, nous avons décidé de discuter et de définir immédiatement avec les syndicats ce qui [serait] la nouvelle façon de travailler pour notre entreprise.

Franck Bernard

Responsable du personnel et des relations de travail de Stellantis,

En janvier 2020, le Groupe PSA comptait déjà 4 000 travailleurs régulièrement engagés dans une forme de télétravail.

Le groupe a discuté des défis à court terme ainsi que des objectifs à plus long terme pour l’ensemble de l’entreprise qui survivraient aux dispositions prises en cas de pandémie. Il s’agit notamment de la volonté de faire évoluer l’entreprise vers un régime de travail hybride, avec 70% de travail à distance et 30% de travail en présentiel, comme caractéristique permanente pour les travailleurs non manufacturiers de Stellantis.

L’entreprise affirme que l’introduction du télétravail a favorisé un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée pour les employés et que cela a été réalisé sans nuire à l’efficacité de l’entreprise.

Par ailleurs, afin d’éviter un mauvais équilibre entre vie professionnelle et vie privée et de promouvoir la santé mentale des travailleurs, l’entreprise s’est engagée – pour l’instant – à maintenir 30% du temps de travail total en présentiel. Le groupe de travail sur le télétravail a également élaboré des conseils sur les stratégies de télétravail efficaces.

Le télétravail en Europe

Au-delà de Stellantis, l’augmentation du télétravail a encouragé les partenaires sociaux à travers l’Europe à utiliser le dialogue social pour développer des orientations sur le télétravail. Par exemple, la Confédération européenne des syndicats (CES, aussi appelé European Trade Union Confederation [ETUC]) et les employeurs européens ont récemment signé un programme de travail commun de dialogue social pour 2022-24 qui aborde le télétravail et le droit à la déconnexion.

Les efforts de Stellantis restent principalement axés sur sa propre main-d’œuvre, mais lorsqu’il s’agit d’une réglementation plus large et d’un dialogue social, Stellantis, en tant que leader du télétravail, a régulièrement été consultée au sujet de ses politiques et pratiques d’entreprise.

Principaux enseignements

Le dialogue social peut aider à répondre aux besoins matériels (par exemple, la technologie pour faciliter la collaboration en ligne) et à changer les mentalités grâce à des conversations ouvertes sur les défis et les opportunités.

Le dialogue social peut renforcer la confiance entre les acteurs. En l’absence de travailleurs au bureau tous les jours, les responsables doivent pouvoir être sûrs que les travailleurs font leur travail et les travailleurs doivent savoir qu’ils font toujours partie d’une équipe qui les soutient dans leur travail. Le dialogue social peut contribuer à faire en sorte que toutes les parties prennent ces engagements.

Le dialogue social peut aider les employeurs et les employés à faire face à des événements inattendus, comme la pandémie de COVID-19 dans le cas de Stellantis.

Lire le rapport complet

Téléchargez le Global Deal Flagship Report 2022 pour consulter la version complète de cette étude de cas, ainsi que 12 autres portant sur le travail effectué par les partenaires du Global Deal et les engagements volontaires pris pour promouvoir le dialogue social visant à relever les défis du marché mondial du travail.

Télécharger le rapport complet 3.2mb PDF (Que l'anglais)